club des métiers d’art et d’artisanat du togo

Adjifo ou Adangbé | Cérémonie – Part 2

septembre 18, 2017 4:46

Les parents sont donc informés de la date de sortie et qui à leur tour informent leurs proche-parents, leurs amis et les familles alliées. Les filles sont également informées. Et souvent elles sont partagées entre la joie de sorti r et la nostalgie de la vie communautaire au couvent.  Au jour fatidique, les filles se réveillent beaucoup plus tôt que d’habitude car elles sont excitées de revoir aussi leurs anciennes amies qui ne sont pas de la tribu. Ceux qui ne sont pas de la tribu Adangbé sont interdits d’entrer dans les couvents Adjifo. Dehors les parents apprêtent les plus chers et jolis pagnes, bijoux, perles, maquillages et autres pour la parure de leurs filles. C’est aussi l’occasion pour chaque famille d’exhiber ses moyens financiers à travers l’habillement de sa fille.  Un endroit spécial est donc aménagé pour accueillir les nombreuses foules composées des populations des localités avoisinantes ou lointaines, des proche-familles, des amis, etc…et où va se dérouler la très intéressante danse Adjifo. Les parents apportent donc les objets apprêtés pour habiller les filles aux TASSINON à l’heure indiquée. Tout cela se passe dans la matinée. Les TASSINON procèdent à l’habillement des filles.  On met autour de la hanche de chaque fille d’importantes et belles perles de valeur variées, de beaux pagnes servant de cache-sexe, des bijoux les plus chers au cou . Elles sont en torse nue drapée de poudre blanche. Une fois que les Adjifossi sont faites très belles et prêtent à sortir, les TASSINON envoient un messager au public et aux parents pour annoncer l’arrivée des Adjifossi. Et un cri de joie du public s’en suit.

 

Pendant toute la matinée les bêtes immolées font l’objet d’active cuisine pour recevoir tout le monde.  C’est un moment de fête et de réjouissance. Quelques minutes après le messager, trois TASSINON viennent saluer et remercier les différentes personnes ayant participé de près ou de loin à la réussite des cérémonies. Pour arriver devant le public les Adjifossi sont portées au cou par les hommes. Après la salutation, les Adjifossi sont amenées une à une au cou en faisant sept tours de ronde devant le public qui pousse des tohu-bohu de joies et de fascination. Les voilà donc toutes belles et resplendissantes les Adjifossi devant le public. Les hommes s’agenouillent et les Adjifossi posent royalement leurs pieds par terre et descendent en ordre du cou des hommes en marchant à pas de sénateur et formant un cercle. Une TASSINON annonce à l’endroit du public « Abééé » et il répond « Abéba » et ceci trois fois.

TASSINON entonne un chant et les Adjifossi le reprennent ensemble ainsi la danse Adjifo commence et donc la fin des trois mois. de vie communautaire au couvent Adjifo arrive à terme. La danse dure plusieurs heures. A partir du jour de la sortie du couvent, les Adjifossi ont deux semaines pour aller danser aux parents et  à tous ceux qui leur ont apporté de l’aide au couvent en guise de remerciement pour leurs efforts consentis. Enfin une fois cette étape de remerciement passé, les TASSINON procèdent aux rites de retraits des tenues Adjifo et les filles retrouvent enfin leur vie d’avant et ne sont plus appelées Adjifossi.

Notons qu’ au couvent les Adjifossi sont désignées par leurs noms Adangbé et jamais les noms importés.

Dans nos prochaines publications nous reviendront sur les noms Adangbé.

Par Richard Tété Djéyi AGBODAN

Merci á ACOFIN pour les images.

+228 22 35 36 35

info@cmatg.org

www.cmatg.org