club des métiers d’art et d’artisanat du togo

Adjifo ou Adangbé | Cérémonie – Part 1

août 30, 2017 6:37

Adjifo est un ensemble de rites culturels et traditionnels que subissent les filles pubères et impubères Adangbé. Cet ensemble de rites est divisés en deux grandes étapes à savoir la cérémonie de mise au couvent et la cérémonie de sortie de couvent des filles susmentionnées.

La cérémonie de mise au couvent des filles

Au préalable les chefs de familles de la communauté sont informés très tôt qu’il y aura la cérémonie Adjifo dans l’année et il leur est demandé de signaler , après concertation avec leurs femmes, leurs filles à mettre au couvent. La cérémonie Adjifo est organisée et dirigée essentiellement par les femmes appelées TASSINON. Une fois que les filles sont signalées, les TASSINON se concertent et décident de la date de la cérémonie de mise au couvent. Ensuite elles consultent les oracles pour avoir l’approbation des aïeux pour la date choisie. Les TASSINON convoquent encore une fois les chefs de familles concernées par la cérémonie et leur demandent cette fois-ci, s’il y en a parmi eux des gens qui sont en conflits et qui ne s’adressent même pas les paroles, d’aplanir leurs problèmes et de se réconcilier avant les débuts des cérémonies ; Cette étape de réconciliation est très nécessaire et obligatoire pour la suite de la cérémonie. Les parents qui n’obéissent pas à cette étape, leurs filles sont tout simplement mises de côté. Les filles concernées sont donc mises au courant par leurs parents et les TASSINON. Les locaux qui vont abriter les jeunes filles sont réfectionnés et font peau neuve au moins trois jours avant.  A trois jours de la cérémonie les TASSINON invitent les parents concernés et leurs filles pour leur confirmer l’effectivité de la cérémonie et le rendez-vous est pris pour le soir du troisième jour.

 

Le grand jour arrivé, les parents accompagnent leurs filles aux lieux où vont se dérouler les rites. Là les TASSINON attendent pour accueillir les filles. Arrivées, les filles sont chaleureusement accueillies et remises aux TASSINON qui ont désormais leur charge .  La durée du couvent est trois mois. Les filles sont ensuite regroupées puis assises en ordre de taille sur les nouvelles nattes apprêtées pour la circonstance. C’est le début des rites. Après les rituels de prière traditionnelle les TASSINON entonnent « Abééé » et le public répond « Abéba » et ceci  trois fois. Les TASSINON entonnent les  chants rituels et le public les accompagne . Ensuite l’histoire de la communauté est racontée brièvement par les hommes notamment la fuite de nos aïeux chassés par les Akwamu et les Ashanti. A l’ approche de la nuit les filles sont accompagnées par les TASSINON au couvent et là elles vont passer ensemble trois mois. Les filles une fois au couvent sont désormais appelées. Adjifossi.

Au couvent Adjifo, les TASSINON apprennent aux filles les multiples chants et danses Adjifo qui sont très variés et très rythmés. Chaque chant est approprié à une danse. Une importance particulière est accordée à l’apprentissage et à la maîtrise des chants et des danses car la réussite de ces derniers démontrent le succès des rites  lors de la cérémonie de sortie. En plus, la solidarité, l’entraide, le partage,  l ‘autonomie financière et le respect des normes culturelles de même que traditionnelles font partie des enseignements qui leur sont donnés. Elles reçoivent la formation en fabrication de natte, balai, pots, etc.. et selon les milieux. La vie communautaire est pratiquée durant tous les séjours au couvent. Elles mangent, se lavent et apprennent ensemble à des heures précises et régulières. Les repas leur sont servis au moins trois fois par jour. Les TASSINON veillent sérieusement sur cela de même que sur leur santé. Chaque famille obligatoirement apporte les nourritures préparées trois fois au minimum par jour aux filles.  Elles reçoivent aussi de divers cadeaux autorisés de la part des visiteurs ou proche-familles. A l’approche de la fin des trois mois, les filles subissent un rite qui consiste à leur faire sur l’avant-bras gauche trois balafres et sur la joue gauche une balafre. Après la cicatrisation des balafres, les TASSINON consultent les oracles pour décider de la date de sortie du couvent.

écrit par Richard Tété Djéyi AGBODAN

Merci á ACOFIN pour les images.

info@cmatg.org

www.cmatg.org